Skip to content

Les enfants du paradis

Narrow screen resolution Wide screen resolution Auto adjust screen size Increase font size Decrease font size Default font size
Accueil arrow Les démarches au cg arrow L'autre aventure
L'autre aventure
08-04-2007

L’autre aventure commence...

Tout d’abord, il faut de nouveau écrire au CG pour obtenir les copies des rapports car ils ne sont pas joints à l’agrément. Notre CG adore la correspondance ;-))

Nous avons choisi de faire une démarche individuelle et d’écrire aux OAA. Nous adressons une lettre de motivation détaillée sur le parcours, et l'attente de cet enfant. Nous joignons la copie de l'agrément, de l'enquête sociale et du rapport psychologique pour les OAA.

Pour l’individuelle, nous rassemblons les pièces demandées, connaissons les services des apostilles des cours d’appel de Paris et Versailles, la légalisation en mairie. En quinze jours, le dossier était bouclé : nous avions tout préparé avant : les photos, les lettres de motivations, et autres, il ne manquait que les tampons. Et hop envoi à la traductrice assermentée avec qui nous avions correspondu et dont nous connaissions ses références.

Au bout d’un mois, le dossier est revenu traduit, légalisé. Il est déposé à la MAI, le 25 août, qui le transmettra au pays concerné. Voila, il n’ y a plus qu’attendre une attribution. Délais ? Dans deux, un an, on ne sait pas…. Mais on croit fermement à notre bonne étoile.

Entre des parents qui désirent accueillir un enfant et des centaines de milliers d’enfants abandonnés, on pourrait penser que la rencontre devrait se faire assez facilement. La réalité est autre et, l’adoption d’enfants reste très difficile. Avec le souci légitime de protéger les enfants et d’éviter les trafics (enfants volés, prostitution, vente d’organes) tous les pays ont multiplié les précautions législatives et réglementaires et les contrôles. De plus, qu’il s’agisse pour un pays d’accepter ou bien d’autoriser une adoption, les lois de chacun sont le reflet de sa culture nationale et de ses conceptions de la famille et la rencontre de parents qui souhaitent adopter et d’enfants adoptables est souvent très compliquée.

En attendant, on feuillette les catalogues de meubles d’enfant, on repère la déco, on aménage virtuellement la chambre, on continue à lire des bouquins de pédopsychiatre, celui de didier pleux sur les enfants tyrans est excellent, on traîne sur les forums d’APPO …

Faire un journal est certainement aussi une manière de patienter :dévoiler nos états d'âme et nos impatiences.
Après jour nous attendons nos enfants et parfois, nous avons le moral en dent de scie.

lorsque l'on est enceinte, avec les échographies, on sait vers quelle date, l'enfant va pointer son nez.
lorsque l'on adopte, on ne sait pas quand il arrivera. Seulement, un accusé de réception du pays, mais après, c'est l'attente interminable.

Quand aurons-nous notre attribution? Quand partirons-nous à la rencontre des enfants?